Présentation

Flux RSS

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Add to Jamespot  http://www.wikio.fr Follow jeromebondu on Twitter

W3C

  • Flux RSS des articles
Samedi 26 février 2011 6 26 /02 /Fév /2011 12:03

screen-capture.png Lors de mon séjour marocain j’ai échangé avec beaucoup de personnes sur les révolutions en cours dans le monde arabe. J’en retiens quatre éléments saillants :

 

Il ne m'a pas semblé qu'il y ait une crainte de contagion révolutionnaire au royaume chérifien. Parmi les personnes avec lesquelles j'ai pu m'entretenir, certaines ont participé à la marche du 20 février, mais il n'y avait chez elles aucun désir de révolution. Elles y ont été par curiosité, et pour exprimer un désir de réformes.

 

L'incompréhension de la politique française est totale. Je vous retranscris de mémoire quelques remarques entendues : « Il ne s'agit pas d'envoyer un porte avion en face de la Libye, mais Sakozy pourrait au moins dénoncer franchement Kadafi ». « La voix de la France est quand même importante, et apporterait au moins un soutien moral au peuple». « Ils y a des gens qui meurent en face de Marseille et votre gouvernement ne fait rien ».


L'incompréhension tend vers l’indignation. Tous pensent que ce comportement pusillanime est dicté par des considérations économiques, la Libye étant un gros producteur de pétrole. Mais ils prédisent aussi que la France aura des difficultés à reprendre pied dans ce pays une fois que le nouveau gouvernement sera en place, ce que beaucoup perçoivent comme inéluctable.

 

Ces remarques se sont souvent finies sur le constat que de Gaulle et Chirac étaient les derniers à avoir une politique arabe. L'opposition de Chirac à la demande de Bush d'intégrer la coalition anti Saddham Hussein est restée dans les mémoires.

 

J’ai aussi croisé des Tunisiens. Ils sont extrêmement fiers d’avoir été à l’origine du mouvement, et d’avoir renversé seul leur despote, sans aide extérieure. Un Tunisien a dit « Clinton est venue nous voir. Mais on ne lui  pas demandé de venir. Elle s’est invitée toute seule. On a demandé de l’aide à personne pour faire notre révolution. ».

 

Prochain épisode, mardi 1er mars lors de la conférence de Jean-François Coustillière au Club IES.Il rete une vingtaine de places.

 

Source image : Aufait Maroc

 

Par Jerome Bondu - Publié dans : Géopolitique - Communauté : NTIC : Nouvelles technologies
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Sondage sur les réseaux

Participez au sondage sur la pratique des réseaux humains, mis en place par Inter-Ligere ! Cela ne vous prendra que 5 minutes, et vous recevrez les résultats. Cliquez ici.

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés