Présentation

Flux RSS

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Add to Jamespot  http://www.wikio.fr Follow jeromebondu on Twitter

W3C

  • Flux RSS des articles
Mardi 6 juillet 2010 2 06 /07 /Juil /2010 15:54

photobio-olivier-buquen_438933_M.jpg Le Cigref a invité Olivier Buquen le 2 juillet au Cercle National des Armées. Devant une salle comble, il a énoncé son programme.
Voici quelques notes personnelles.

Le délégué interministériel à l'intelligence économique a souligné le travail d'équilibriste que constitue sa mission. Il a rappelé par exemple que la mondialisation était en même temps une chance et une menace pour nos entreprises. Et que le positionnement de ses services vis à vis -par exemple- des investissements extérieurs devaient être extrêmement nuancés. Même si les investissements extérieurs sont souhaités, cela n'empêchait pas de les surveiller. Il s'agit donc pour lui de faire passer des messages avec finesse. 

Son service, composé de 12 personnes, travaille dans trois directions:
1. Une action au service de l'Etat.
2. Une action au service des acteurs économiques orienté sur l'offensif.
3. Une action orienté sur le défensif.

1- Cellule de veille de l'Etat :
« Nous sommes le cabinet de veille des plus hautes autorités de l'Etat » a souligné l'intervenant. Une partie des missions du service d'Olivier Buquen consiste donc à répondre aux questions de l'Etat. Mais, ajoute-t-il, nous pouvons aussi répondre directement à des sollicitations d'entreprises. Nous veillons simplement à ne pas créer une concurrence « déloyale »  vis à vis des cabinets privés. Nous intervenons dans un cadre très précis, quand l'intérêt supérieur du pays est en jeu, et quand il y a une entreprise étrangère dans la partie. Nous ne rentrons pas dans les problèmes franco-français.

2- Il a évoqué ensuite les actions menées à destination des entreprises, sur le registre de l'offensif et de l'influence.
Il a cité par exemple :
- l'accompagnement des grands contrats à l'international,
- le soutient à l'export des PME,
- la sensibilisation des organismes de recherche publics. Il a évoqué la rédaction d'un guide pratique à destination de ces organismes, pour sensibiliser les chercheurs aux agressions extérieurs (pillage) et pour les inviter à valoriser leurs recherches avec les entreprises françaises. Il est normal a-t-il souligné « que nous attendions un retour sur investissement de la recherche publique ! ».

Malgré les efforts entrepris de longue date en matière de sensibilisation, il a souligné que l'IE n'était pas encore assez bien connue en France. « Nous souhaitons promouvoir les formations en IE au sein de l'enseignement supérieur ». L'objectif étant que tous les diplômés de l'enseignement supérieur soient -à minima- sensibilisés avec l'IE pratique. C'est un travail de longue haleine, qui a d'ailleurs été initié par Alain Juillet.

Olivier Buquen a été plus prolixe en ce qui concerne le volet défensif. Et il s'en est expliqué. L'action offensive de son service sera d'autant plus efficace qu'il n'en fera pas la publicité. D'où cette relative discrétion sur tout ce qui a trait à l'influence. « Je ne vais pas insister sur l'offensif car cela se fait de manière discrète. Mais par contre, j'ai vocation à communiquer sur le défensif. »

3- Des actions défensives
Il s'est fixé pour objectif :
- D'élaborer une grille d'auto-évaluation du niveau de protection des  entreprises. Cette grille se veut un outil de sensibilisation à destination du chef d'entreprise.
- De renforcer la protection des informations stratégiques. Il a souligné que certaines dispositions fragilisent nos entreprises, comme le dépôt obligatoire des comptes aux greffes du tribunal de commerce. Cette disposition constitue clairement une distorsion de concurrence, mais il a évoqué la difficulté à faire évoluer les choses dans ce domaine.


Durant le débat, il a abordé d'autres points :

Sur les limites de son action :
Selon lui, l'Etat doit se concentrer sur des missions pour lesquels il est légitime. « Il ne faut pas tout attendre de l'Etat » Et cela vaut pour son service. Il ne pourra donc pas s'investir partout, et notamment pour des questions de restriction budgétaire.  « Mon équipe et moi-même sommes payés par vos impôts ! » a-t-il rappelé. Au cours des nombreux entretiens qu'il a mené depuis sa nomination, il a aussi acquis la conviction que beaucoup de grandes entreprises ont de très bonnes pratiques en matière d'IE, et qu'elles n'ont pas forcément besoin de l'aide de l'Etat.

Sur les rapports avec la Chine :
Olivier Buquen a souligné la difficulté d'avoir une position tranchée sur les rapports avec la Chine;  Et même de la position un peu schizophrènique d'un pays comme le notre, qui a besoin de pays aux fortes capacités de financement, et dont on sait qu'ils peuvent être de féroces prédateurs. Face à ces types de pays, il ne faut ni diaboliser les comportements, ni être naïf. Néanmoins les solutions semblent être étroites. « Tous les chefs d'entreprises ont bien conscience que le commerce avec la Chine est un équilibre instable. On a le choix de mourir à court terme faute d'oxygène. Ou de mourir à long  terme pour cause de concurrence. »   
Il a relaté l'anecdote suivante, significative de la faible marge de manœuvre des patrons français: Un chef d'entreprise français lui a dit qu'il savait pertinemment que le dirigeant de sa filiale chinoise était un membre important des services d'espionnage chinois ! Il a dit qu'il ne pouvait faire autrement, qu'il n'avait trouvé personne d'autre, et que cette personne était la seule à avoir toutes les compétences requises. La seule chose qu'il pouvait faire était d'intégrer cela dans son organisation.
Autre exemple qui exprime bien l'ambivalence des relations avec la Chine : Les Chinois sont le premier contingent d'étudiants étranger en France. Cela contribue au rayonnement de notre pays. Mais cela est aussi une menace, car certains peuvent être (pour reprendre une expression de Claude Rochet) comme le buvard qui aspire tout ce qu'il touche.

Sur les médias sociaux :
Les dangers peuvent venir de partout, et par exemple des réseaux sociaux. Olivier Buquen a insisté sur le fait qu'il n'y a pas que les jeunes qui prennent des risques en publiant trop ouvertement. Un patron du CAC 40 a raconté qu'il a du se séparer d'un très proche collaborateur, parce que tous les soirs il racontait sa journée de travail sur sa page Facebook !

Il a conclu par une main tendue. Il a invité les entreprises à travailler avec son équipe à la diffusion de  l'IE. « Travaillons ensemble, je ne suis pas un magicien qui va vous apporter toutes les solutions à tous vos problèmes ». Le message est clair : ensemble, soyons plus fort.


Mon analyse :
C'est la première fois que je l'entendais pour une présentation aussi complète. Ses interventions précédentes étaient plus rapides.
J'ai apprécié son discours franc, posé et nuancé. Bon connaisseur du monde de l'entreprise, il a rappelé à de nombreuses reprises qu'il venait du privé.
J'avais eu des retours mitigés sur le fait qu'il axe son discours quasiment uniquement sur le défensif, mais je pense qu'il a bien expliqué les raisons de ce positionnement.
Sa proposition de travailler ensemble est intéressante. La communauté de l'IE regorge de bonnes volontés  et d'initiatives qu'il serait bon de fédérer. Et comme tous les community manager le diront, les communautés sont des réseaux humains qui reposent sur la confiance.

Jérôme Bondu

- Lire l'article du Monde Informatique, ou de CIO On Line.
- Le Cigref a communiqué sur le lancement d'un cycle de spécialisation "Sécurité Numérique" co-organisé avec l'INHESJ.



Par Jerome Bondu - Publié dans : Intelligence Economique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Sondage sur les réseaux

Participez au sondage sur la pratique des réseaux humains, mis en place par Inter-Ligere ! Cela ne vous prendra que 5 minutes, et vous recevrez les résultats. Cliquez ici.

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés