Présentation

Flux RSS

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Add to Jamespot  http://www.wikio.fr Follow jeromebondu on Twitter

W3C

  • Flux RSS des articles
Samedi 20 février 2010 6 20 /02 /Fév /2010 10:40

J'ai écrit pour Veille Magazine  un article sur la dernière JIEE.

Cet article a été diffusé dans le dernier numéro. Pour vous donner envi de le lire, je vous poste ci-dessous le début et la fin de l'article.

Jerome Bondu

-----------------------------


Le 10 décembre dernier, se tenait à la Défense la 3ème JIEE - Journée de l’Intelligence Economique d’Entreprise placée cette année sous le thème de « L’entreprise compétitive ». Avec cette 3ème édition, les organisateurs ont plus que jamais l’ambition de créer le rendez-vous annuel incontournable en matière d’IE.

 

Malgré la grève qui paralysait ce jour là le RER A, le grand amphithéâtre du Pôle Universitaire Léonard de Vinci était bien garni. Dans l’auditoire, on trouvait des professionnels de l’IE, mais aussi des chefs d’entreprise, venus écouter les nombreux conférenciers prévus pour cette journée. Le plateau était particulièrement riche et diversifié avec notamment Alain Juillet, Philippe Clerc, Bernard Esambert, Henri Martre, mais aussi Driss Guerraoui, Vice-président de l’Association Marocaine d’intelligence économique, et bien sur Olivier Buquen, Délégué Interministériel à l’Intelligence Économique.

 

Les deux demi-journées étaient occupées par deux ateliers. Le matin, nous avons pu travailler au choix sur une « approche internationale », ou sur « Les nouvelles clés d’un management gagnant ». Et l’après midi sur les « les réseaux sociaux » ou sur « l’influence ».

 

Les réseaux sociaux sont toujours sujets à polémique, même au sein des experts de la veille. Si les intervenants comme Olivier Fecherolle, Directeur Général de Viadéo, ou Carlos Diaz, Président de Bluekiwi, défendent avec justesse l’importance de ces nouveaux outils, ils n’en restent pas moins aux yeux des professionnels de la veille des outils à manier avec beaucoup de précautions. « Le réseau… oui, mais pas sans raison » pourrait être un bon résumé des réactions du public.

Nicolas Moinet, expert s’il en est, rappelle avec justesse que les réseaux sociaux ne sont que des outils. Et comme tous les outils, ils sont au service de celui qui les utilise. Un collaborateur intelligent va les utiliser intelligemment. Et inversement …

 

(…)

 

 

Mais est-ce que ce genre de grand messe est toujours nécessaire ?

Il est essentiel pour la profession de bien s’organiser et de bien communiquer, alors que l’intelligence économique n’est toujours pas compris du plus grand nombre, et est victime d’amalgames pour le moins fâcheux.

- Quant on lit dans l’ouvrage de François Auer intitulé « Comment se protéger de l’espionnage et de la malveillance » un chapitre intitulé « Les méthodes utilisées par l'Intelligence Economique, l'espionnage et la malveillance » dans lequel on trouve pêle-mêle … la visite de salons professionnels, la corruption, le vol, l'intrusion physique, le sabotage, … ! Tout cela rangé sous la même bannière.

- Quand on lit sous la plume d’Yves Bertrand, ancien patron des RG, dans son ouvrage « Ce que je n’ai pas dit dans mes carnets… » : « L’intelligence économique n’est souvent que l’art de déstabiliser un concurrent. C’est aussi un domaine où foisonnent les imposteurs. On se cache derrière l’intelligence économique pour espionner un rival et lui piquer ses brevets. On vend très cher à ses clients des informations que chacun peut trouver gratis sur internet » (page 335).

On sent bien que la route est encore longue avant que cette dynamique ne soit vue pour ce qu’elle est réellement.

 

 

C’est pour cela que l’on peut féliciter Robert Guillaumot, Bernard Esambert, Henri Martre, et tous les autres « figures » de l’Académie de l’Intelligence Economique, pour leur investissement considérable à la cause de l’IE. Robert Guillaumot a souligné que les rendez-vous annuels des JIEE, programmées au second semestre de chaque année, ont leur pendant en début d’année avec le colloque organisé par Les Echos. Ces deux événements sont gérés de manière coordonnée, en « bonne intelligence » serions-nous tentés de dire. La présence de l’ADBS parmi les partenaires était une très bonne nouvelle. Autant avancer en rang serrés.

 

Jérôme Bondu

 

En savoir plus :

Académie de l’IE 

Blog IE des Echos 

 

 

Par Jerome Bondu - Publié dans : Intelligence Economique - Communauté : Veille stratégique
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

En réponse à votre article du 20/02/2010 : 

 

(« Il est essentiel pour la profession de bien s’organiser et de bien communiquer, alors que l’intelligence économique n’est toujours pas compris du plus grand nombre, et est victime d’amalgames pour le moins fâcheux. Quant on lit dans l’ouvrage de François Auer intitulé « Comment se protéger de l’espionnage et de la malveillance » un chapitre intitulé « Les méthodes utilisées par l'Intelligence Economique, l'espionnage et la malveillance » dans lequel on trouve pêle-mêle … la visite de salons professionnels, la corruption, le vol, l'intrusion physique, le sabotage, … ! Tout cela rangé sous la même bannière. »…),

 

Il n’y a aucun amalgame dans mon ouvrage « Comment se protéger de l’espionnage et de la malveillance » (http://www.commentseproteger.com). L’intelligence économique y est clairement définie :

 

« D’après le rapport « MARTRE » « Intelligence économique et stratégie des entreprises » réalisé par le Commissariat Général du Plan, l’Intelligence Economique peut être définie comme « l’ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution en vue de son exploitation, de l’information utile aux acteurs économiques » et « qui sont menées légalement avec toutes les garanties de protection nécessaires à la préservation du patrimoine...».

Ces actions, portées par une véritable volonté d’entreprise, dépassent les simples actions de documentation ou de veille (concurrentielle, commerciale, technologique, environnementale) et font participer l’ensemble des personnels de l’entreprise.

L’intelligence économique respecte une véritable éthique. Le mot « Intelligence » doit être pris dans son sens bien français « Faculté de comprendre, de saisir par la pensée » et non dans le sens anglais qui fait penser à « l’espionnage ». L’intelligence économique peut donc permettre, après collecte et traitement d’informations « ouvertes », d’obtenir des informations « fermées ».

L’intelligence économique n’utilise aucun stratagème de pression ou de dissimulation et comprend un volet « protection » qui est souvent ignoré.

C’est aussi un état d’esprit, dont on doit faire une véritable culture collective.

La mise en place dans les entreprises d’un système d’intelligence économique est indispensable pour déceler à temps et pouvoir contrer efficacement les menaces dont elle pourrait être victime. »

 

De plus, il faut se protéger des méthodes illégales, mais aussi des méthodes légales.

 

Bien cordialement

 

Francois AUER

Commentaire n°1 posté par Francois AUER le 12/03/2010 à 11h21
Bonjour M. Auer,

Merci pour votre réponse.
Je ne doute pas de votre vision de l'IE.
Mais pourquoi alors avoir intégré dans un même chapitre des actions légales (visite de salon) et illégales. N'avez-vous pas peur que cela alimente la confusion ?

Cdt
Jerome Bondu
Commentaire n°2 posté par Jerome Bondu le 15/03/2010 à 13h11

Sondage sur les réseaux

Participez au sondage sur la pratique des réseaux humains, mis en place par Inter-Ligere ! Cela ne vous prendra que 5 minutes, et vous recevrez les résultats. Cliquez ici.

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés